Riou, Davies, Eliès : Podium de haut vol sur le 8ème Défi Azimut !

©JM Liot / Défi Azimut

Ce samedi à 11h57, Vincent Riou a franchi en vainqueur la ligne d’arrivée du parcours de 247 milles du 8ème Défi Azimut. Son temps de course : 18 heures, 39 minutes et 25 secondes. Longtemps aux commandes de la flotte, la navigatrice Sam Davies a elle aussi réalisé une superbe course et décroché la 2e place, à moins de 7 minutes du vainqueur. Yann Eliès a complété un podium 100 % foilers, coupant la ligne seulement 11 minutes après Vincent Riou. Paul Meilhat et Boris Herrmann ont terminé respectivement 4e et 5e. C’est à 16h37 que Manuel Cousin est venu à bout du parcours en 13e position, clôturant ce très joli sprint océanique.

Une femme et trois hommes ont particulièrement animé la grande course du 8ème Défi Azimut, se livrant un match haletant, mélange de stratégie et de bords sauvages à plus de 20 nœuds. Après une nuit au près, c’est aux alentours de 6h ce matin que Sam Davies, Paul Meilhat, Vincent Riou et Yann Eliès ont enroulé dans un mouchoir de poche les waypoints « Azimut 2 » et « Azimut 3 », marques virtuelles positionnées par la direction de course à 70 milles au large des côtes bretonnes.

Chevauchée fantastique, lutte magnifique
Tout s’est joué lors du dernier grand bord de reaching de 100 milles, avalé tribord amure à plus de 20 nœuds par les quatre premiers. Dans cette intense cavalcade, Sam Davies a remarquablement résisté aux assauts de ses trois poursuivants. Ce matin, elle a envoyé une photo de son speedo affichant 26,75 nœuds dans un surf, avec le commentaire suivant : « Ca bombarde ! Mais ça bombarde encore plus vite derrière ! ». La navigatrice faisait référence à Vincent Riou lancé à ses trousses, qui a confié à son arrivée avoir fait des pointes à 29,5 nœuds...

Le skipper de PRB a grappillé du terrain petit à petit, revenant bord à bord avec Initiatives-Cœur, avant de finir par prendre les commandes à 30 milles de l’arrivée à Lorient, pour ne plus jamais les lâcher. C’est donc à 11h57 que Vincent a franchi en grand vainqueur la ligne d’arrivée à Lorient, après 18 heures et 39 minutes de course. Sa vitesse moyenne sur l’orthodromie (route directe) : 13,25 nœuds. Au regard de cette performance, il ne doit pas regretter d’avoir équipé son PRB de foils !

Un podium 100 % foilers
Gagnante de la Dhream Cup fin juillet, Sam Davies a décroché un nouveau très beau résultat en terminant 2e du Défi Azimut, à seulement 7 minutes du vainqueur. Elle fait ainsi le plein de confiance en vue de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe. Le podium, 100 % foilers, a été complété par Yann Eliès. Avec son IMOCA à dérives droites, Paul Meilhat, de retour de blessure, a magnifiquement résisté, même s’il accusait un déficit de vitesse de l’ordre de 2 nœuds au reaching dans la brise par rapport aux fusées à foils. Il a tout de même sauvé la 4e place, devant Boris Herrmann et Louis Burton.


Derrière, Romain Attanasio, Fabrice Amedeo, Stéphane Le Diraison, Alan Roura, Isabelle Joschke, Arnaud Boissières et Manuel Cousin ont à leur tour bouclé le parcours. Pour rappel, deux abandons ont été déplorés sur cette 8ème édition du Défi Azimut : Jérémie Beyou sur Charal (soucis électriques) et Erik Nigon à bord de Vers un monde sans sida (bruits suspects au niveau des safrans).

 


Réactions des trois premiers à l’arrivée :


Vincent Riou (PRB)

« Après des conditions de médium et de petit temps, le retour a été très tonique. Depuis ce matin, ça turbine ! Tout cela a été très engagé comme à chaque fois sur les formats de 24 heures qui ont la spécificité de nous empêcher de dormir. Je suis très content, j’aime beaucoup venir sur le Défi Azimut pour m’entraîner en vue des échéances d’automne, c’est toujours un bon « warm up ». Je n’avais pas encore navigué avec le bateau nouvelle configuration dans la brise et ça, c’est fait !

Je suis aussi très content du travail et des recherches qui ont été effectuées par les architectes et l’équipe pour mettre en place les foils. Le bateau est extrêmement rapide, il n’a jamais été aussi à l’aise en vitesse, même s’il nous reste des petits calages à faire. Il a changé dans son fonctionnement mais les repères restent les mêmes, les bouts sont toujours à la même place et je retrouve bien mes marques. Aujourd’hui, c’est une vieille dame de neuf ans d’âge qui se renouvelle dans une troisième version complète. Il n’a pas été conçu pour « foiler », mais si on y va avec parcimonie, on voit que ça fonctionne. Sam (Davies) a super bien navigué dans le petit temps cette nuit et il a fallu turbiner pour revenir. Et je n’ai pas chômé, mais à ces vitesses là, avec une belle pointe à 29,5 nœuds au speedo, on arrive vite à reprendre des milles ! »

 


Samantha Davies (Initiatives-Cœur)

©JM LIot / Défi Azimut

« Le départ a été compliqué pour moi mais je me suis bien rattrapée après ! J’ai enquillé les milles depuis le début de l’année et les entraînements ont payé. Je maîtrise bien mon bateau, je trouve les bons réglages, les bonnes sensations et je peux donc bien me concentrer sur la stratégie. Je suis arrivé en tête au Waypoint « Azimut 2 » (positionné à 70 milles au large de la pointe bretonne, NDR), j’étais trop contente ! Je savais que Vincent (Riou) irait un peu plus vite sur le dernier long bord au reaching. Mais il a mis du temps à me rattraper et j’ai gardé un petit espoir. Il a plus attaqué que moi, il était plus toilé et c’est clairement ce qui a fait la différence. Je l’ai joué plus safe, je ne voulais pas prendre trop de risques mais comme le vent est rentré fort, c’est quand même allé très vite ! Cette 2e place au Défi Azimut est un super résultat, je suis très fière car le niveau était vraiment relevé. Avec l’équipe, nous sommes dans une bonne dynamique. Par contre, je suis complètement cramée, j’ai seulement dormi 15 minutes pendant cette course… »

 


Yann Eliès (UCAR-StMichel)

©JM Liot / Défi Azimut

« J’ai bien entamé la course. On a vu que Charal allait très vite sur le premier bord de reaching mais malheureusement il a dû faire demi-tour rapidement. SMA et Initiatives-Cœur ont pris les devants dans la nuit quand nous naviguions au près. J’ai eu un peu plus de mal dans le petit temps mais je m’y attendais. Le bord de reaching final a été sauvage, humide. PRB a été 1 nœud plus vite que moi sur cette portion. Ses foils sont larges et performants à cette allure. Par contre j’allais un peu plus vite que Sam. Je suis satisfait de ma course, j’ai trouvé un bon compromis entre défi physique et choix stratégiques. J’ai navigué simplement, sans me mettre dans le rouge physiquement. Ces conditions soutenues remettent les choses en place dans le sens où on a passé tout l’été en short/t-shirt. Nous ne sommes plus habitués à sortir les cirés et les polaires. Il reste un mois avant la Route du Rhum pour en ‘bouffer’ et vraiment s’acclimater. »

 


Le classement des 24h Azimut

1/ PRB - Vincent Riou
Temps de course : 18h 39min 25sec
2/ Initiatives Coeur - Samantha Davies
Temps de course : 18h 46min 24sec
3/ UCAR StMichel - Yann Eliès
Temps : 18h 50min 10sec
4/ SMA - Paul Meilhat
Temps : 19h 19min 34sec
5/ Malizia 2 - Boris Herrmann
Temps : 19h 33min 20sec
6/ BUREAU VALLÉE 2 - Louis Burton
Temps : 19h 53min 56sec
7/ PURE Famille Mary - Romain Attanasio
Temps : 21h 01min 35sec
8/ NEWREST Art & Fenêtres - Fabrice Amedeo
Temps: 21h 11min 52sec
9/ TIME FOR OCEANS - Stéphane Le Diraison
Temps : 21h 18min 45sec
10/ LA FABRIQUE - Alan Roura
Temps : 21h 20min 25sec
11/ MONIN - Isabelle Joschke
Temps : 21h 32min 48sec
12/ LA MIE CALINE Artipôle - Arnaud Boissières
Temps : 22h 17min 6sec
13/ GROUPE SETIN - Manuel Cousin
Temps : 23h 19min 56sec

ABD : CHARAL - Jérémie Beyou

ABD : Vers un monde sans SIDA - Erik Nigon

©JM LIot / Défi Azimut

Les partenaires officiels du Défi :

REJOIGNEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX :

---

TM Défi Azimut, crée par :