Joli mois de Mai !

1er juin 2013

Bonjour à tous,

L'hiver n'en fini pas de finir !
Et pourtant ce mois de mai pourri d'un point de vue météo, fut pour notre Association « un joli mois de Mai ! ».

Et notre Association a repris sa saison comme tous les ans à la fin avril avec l'Assemblée Générale à laquelle vous êtes venus nombreux.
Pour le plaisir de tous, le hangar de Pen Duick a été occupé par une « camionnette crêpière ». Je ne compte pas les galettes complètes et autre crêpes sucrées fraîchement servies par deux charmantes professionnelles de la plaque à crêpe, ainsi que les saucisses et le pâté offerts gracieusement par la société Le Hénaff.

Ensuite ce fut le départ des navigations qui ont débuté par une très belle fête à Brest, où fut honoré Pen Duick VI qui fêtait ses 40 ans, fête pour laquelle Gérard Petipas avaient convié tous les anciens équipiers d'Eric Tabarly, beaucoup ont répondu à l'appel, et je laisse la parole à l'un d'entre eux.

« «
Merci Eric.

Les premiers contacts sont hésitants… La plupart des corps montrent l'effet pervers du temps : dix ans… passent encore ; mais plus de trente ans ! Puis les regards ouvrent très large la porte du souvenir. Tous ces hommes ont en commun un passé exceptionnel et un sourire qui marque de façon indélébile leur cerveau archaïque ! Personne n'a pu oublier personne. C'est l'équipage du Tour de monde 74 qui est le plus représenté. Probablement parce que c'est pour lui que la fuite du temps est la plus excessive. Les hommes du Triangle ne sont pas très nombreux. C'est pourtant l'équipage d'une victoire sans bavure. Les représentants du deuxième Tour du Monde nous racontent, une fois de plus, la rencontre Brel - Pen Duick, aux Marquises ; un de ces instants de magie dont l'évocation me dresse encore les poils de la jalousie.
Jean Le Cam, qui vient de tourner autour du globe en moins de 90 jours, contemple ce voilier sur lequel une partie de ses rêves sont nés. C'est le seul qui peut mesurer à quel point ce Pen Duick 6 était rude, physique et absolument pas conçu pour gagner une transat en solitaire…
Bernard Rubinstein à un sourire de bonheur sans nuage que je ne lui connaissais pas encore. Même l'évocation de notre couchette commune ne lui arrache aucun commentaire ironique. C'est vrai qu'on vient de rappeler aux anciens leur fâcheuse tendance au démâtage. Marc Pajot mouline, comme un forcené, la trinquette a chaque virement de bord… Ca n'a pas du lui arriver depuis longtemps ! On se passe la barre avec la sensation d'offrir à chacun sa part de relique.

Et puis le miracle Eric Tabarly frappe encore… Ils sont des centaines sur le quai. Brestois fidèles aux souvenir, respectueux de ces titans de la mer qui viennent de traverser la rade de Brest au péril de leurs calvities naissantes.

Gérard, le fidèle Gérard est sur le quai. Se privant volontairement de cet instant unique à bord, sans doute pour mieux savourer le bonheur de ceux qui lui doivent tous ces moments d'exception. On se quitte ; je ne me souviens même plus à quoi ressemblait Vannier, Chabout ou Monsaingeon (que tous ceux dont je ne cite pas le nom me pardonnent) il y a quarante ans.
Nous nous sommes tous faits de nouveaux amis…pour l'éternité !

Merci Gérard ; Merci Eric.

Jean-François Lemoine
» »

- Ensuite ce fut Saint Quay Portrieux : un seul mot SUPERBE !

Saint Quay Portrieux


- Puis « Bienvenu chez les chti's », la flotte au complet est actuellement à Dunkerque et je citerai pour illustrer cette étape notre secrétaire général Jean-Pierre Couteleau :

« Dunkerque est loin au nord, ... je suis heureux d'avoir découvert un peu d'une ville, et beaucoup de chaleur dans les contacts. Ce n'est pas que dans les films !
Un exemple ?
Pen-Duick II a un problème de propulsion: au moment ou l'équipage ferle les voiles, le moteur s'arrête. David lance un "pan-pan", et un bateau belge prend en remorque Pen-Duick II.
Les téléphones fonctionnent.... à peine arrivé à quai, un mécanicien vient à bord, s'affaire sur la propulsion - une petite heure, et un plongeur vérifie l'hélice - une autre heure, et le diagnostic établi, rendez-vous est pris pour changer la transmission: mis au sec, et même s'il faut travailler la nuit, le bateau sera prêt vendredi pour partir vers Le Havre,
... La magie des Pen-Duick, certainement, et l'accueil de tous, tout autant.
Merci Dunkerque! ».

En ce moment toute la flotte (dont Pen Duick II réparé) se dirige sur Le Havre, avant de remonter la Seine jusqu'à Rouen pour la Grande Armada.

- La voile en eau douce n'est pas en reste !
A l'occasion de la fête du club qui fêtait ses 130 ans, le CVT (Cercle de Voile de Touraine) avait un stand pour parler de l'Association, merci à Jean-Yves Lucas membre de l'Association d'avoir eu l'idée de cette présence.

Stand de l'Association au CVT

Tous ces événements sont décrits avec un déluge (mot d'actualité, n'est il pas ?) de photos dans notre site internet qui est régulièrement mis à jour ...à consulter sans modération !

Pen Duick VI a 40ans

Les Pen Duick à Dunkerque

Et puis... je ne saurais conclure sans ce petit rappel pour ceux qui n'auraient pas encore renouvelé.

Renouvellement

A bientôt,
Denis

PS : au moment de mettre sous presse la nouvelle est tombée « Les Pen Duick sont arrivés au Havre ! »



RGPD
Vous recevez cette newsletter car vos coordonnées se trouvent dans la base de données de l'Association Eric Tabarly.
Nous vous informons que ces données ne sont communiquées à aucun tiers. Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données.
Vous pouvez également vous désabonner.